https://bodybydarwin.com
Slider Image

Le vinyle est de retour. Mais jusqu’à présent, l’enregistrement a été bloqué dans les années 80.

2021

Il y a un peu plus de deux ans, Rob Brown a été transpercé par une enchère sur eBay. Lui et ses collègues Chad Brown (aucun lien de parenté) et James Hashmi faisaient des offres sur une machine à presser les disques. C'était le seul que les nouveaux entrepreneurs aient pu trouver, et c'était au milieu de nulle part, en Russie. Personne ne savait si cela fonctionnait ou pourrait même être remis en état de marche. Pourtant, les enchères étaient fébriles: l'équipe de Brown se retira mais la presse finit par se vendre pour 60 000 dollars.

Ainsi a été l'expérience d'achat de tous ceux qui cherchent à ouvrir une usine de pressage au milieu de la résurgence du vinyle de la dernière décennie. Aucune compagnie n'avait fabriqué une nouvelle presse à disques depuis les années 80, et il était presque impossible de trouver des journaux d'occasion. Des usines de longue date, comme United Record Pressing à Nashville (la plus grande installation aux États-Unis), absorberaient les équipements de leurs concurrents. Et les nouveaux arrivants devront soit attendre le marché de l’occasion, soit se construire eux-mêmes.

Mais Brown, Brown et Hashmi voulaient mettre la main sur une presse pour une raison différente. Ils le voulaient comme référence, une référence permettant de mesurer l'objectif singulier de leur société torontoise, Viryl Technologies: construire les premières nouvelles machines de pressage de dossiers entièrement automatisées depuis plus de 30 ans. Grâce à une automatisation soigneusement orchestrée et à un logiciel de surveillance basé sur le cloud, leurs presses WarmTone seraient plus faciles à utiliser et à entretenir - et donc plus efficaces - que leurs prédécesseurs hydrauliques imposants.

"promo_image": {// s1.dmcdn.net/iwMdL/x240-Ocz.jpg titres ": {New Way To Press Vinyl description": {ne s'en va pas, donc une entreprise canadienne l'amène au 21e siècle distributeur":

Même dans les meilleures circonstances, l'enregistrement est un processus laborieux. Il existe des machines pour transformer les enregistrements de studio en une version principale de l'audio, puis un autre ensemble pour créer une plaque négative en métal du maître pour le gaufrier géant qui est une presse à disques. La pièce la plus importante du puzzle, au sens propre et au sens figuré, est la machine à presser elle-même, qui étouffe copie après copie.

Le nombre de travailleurs formés à l’utilisation et à la réparation des machines a diminué lorsque les ventes record ont atteint leur niveau le plus bas et que les usines ont commencé à fermer au début des années 90. Les installations qui retenaient des techniciens qualifiés retenaient le personnel (et leur expertise) avec une emprise solide. "Peu de gens le font, dit Jonathan Berlin, propriétaire et partenaire de Vinyl Record Press à Atlantic Beach, en Floride." Ceux qui le font veulent être les seuls à le faire. "

Les travailleurs découvrent les rouages ​​de leur machine, de ses bizarreries et de ses drapeaux rouges. Et, comme la plupart des usines contiennent un mashup de presses (recyclées, remodelées et reconfigurées avec des composants modernes), il n’ya que peu, voire pas du tout, de manuels ou de guides. "Parce que l'industrie était morte et que les sociétés qui fabriquaient les presses étaient toutes parties depuis longtemps, il n'y avait plus aucun niveau de service", déclare Rob Brown, directeur des opérations de Viryl. Les pannes sont courantes et les corrections sont délicates.

Cette approche largement personnalisée a contribué à un problème: pendant des années, la production de vinyle a atteint sa capacité maximale. Selon le cabinet britannique Deloitte, le chiffre d’affaires record de 2017 atteindra 40 millions dans le monde. Et le rapport sur la musique de fin d'année 2016 de Nielsen montrait la onzième année consécutive de hausse constante. Cela fait beaucoup de disques pour les quelques dizaines d'usines en service et quelques centaines de presses en service dans le monde.

En fait, il y a tellement de dossiers qu'il y a environ deux ans, United a cessé de recruter de nouveaux clients pendant environ un an pour éliminer son arriéré et réduire les délais d'exécution. Pour les plus petits magasins et les nouveaux arrivants, les sauvegardes sont plus difficiles à gérer - et parfois exacerbées par les grandes saisons de vente, comme le Record Store Day de samedi, un événement mondial célébrant les détaillants de musique locaux.

C’est la raison pour laquelle Viryl estime que sa quête de modernisation de la production de disques est si importante. «C’est un métier qu’il faut perfectionner au fil des ans, et nous essayons d’y appliquer la science, parce qu’en fin de compte, c’est tout ce qu’il est vraiment», déclare Brown.

Après deux années de développement, les quatre premiers WarmTones à 195 000 USD ont commencé à cracher des disques en octobre 2016. Deux presses appartiennent à Microform Services, une usine de CD et de DVD, à Toronto, et les autres à Hand Drawn Pressing, à Addison, au Texas. "C’est vraiment cool d’avoir de nouvelles choses qui ne vont pas casser la gueule Dustin Blocker, cofondateur et directeur de la création de Hand Drawn.

Pour Blocker et son équipe, c’est la première fois qu’ils exécutent une opération de pressage. Selon Viryl, la décision de vendre aux débutants était délibérée, leur permettant de se faire une idée des défis auxquels ils seraient confrontés pour mettre en ligne une nouvelle vague d’opérateurs.

La bonne (et la mauvaise) nouvelle pour les débutants est que peu de choses ont changé dans le domaine des technologies de pressage au cours des cinquante dernières années. Les enregistrements commencent sous forme de copeaux de PVC durci, qui passent dans un tube à température contrôlée pour fondre. À partir de là, une vis d'extrusion injecte le plastique ramolli dans un pré-moule qui forme le biscuit épais qui finira par être enfoncé dans un disque. Les cartouches placent ensuite les étiquettes en haut et en bas du biscuit, une épingle tire au centre et les bras déplacent ensemble les trois morceaux dans la presse.

Au moment où le biscuit atteint les plaques de pressage, tout est chauffé à 300 degrés, ce qui facilite le processus de moulage. Après une compression à haute pression, le moule commence à refroidir, ce qui permet à l'enregistrement nouvellement fabriqué de se libérer, mais pas de se déformer. Un bras déplace le disque vers une station de rognage, où les bords en excès sont arrachés.

Sur un WarmTone, le processus prend entre 24 et 26 secondes par enregistrement. Sur une machine plus ancienne de Toolex ou de Southern Machine Tools (SMT), la moyenne est d'environ 35.

Deux facteurs contribuent à la rapidité du WarmTone. Premièrement, Viryl a apporté une série de mises à jour mécaniques à la conception de presses hydrauliques classiques; Par exemple, leur vis d’extrusion est moins sensible aux points chauds qui peuvent trop cuire le vinyle, et à des enregistrements de piles robotiques plutôt que humaines pour le refroidissement. Deuxièmement, une batterie de capteurs dans toute la presse transmet des données sur la température, le mouvement, la pression et la synchronisation à un ordinateur de bord, à une application associée et au cloud. «L'idée est que nous puissions utiliser les données collectives de tous les utilisateurs pressants pour les aider à les gérer encore mieux», explique Brown.

Le cœur du développement de Viryl est son logiciel de contrôle de la qualité, appelé Adapt. Les données des capteurs tout au long du flux de presse sont transmises à un écran tactile en temps réel. Les opérateurs peuvent ainsi consulter leurs paramètres et les modifier au besoin. S'il y a un problème qu'ils ne peuvent pas résoudre sur site, un technicien Viryl de Toronto peut jeter un œil aux chiffres, suggérer des correctifs et même publier des mises à jour de microprogrammes si le problème concerne le logiciel lui-même.

Déjà, Adapt a permis à Viryl de détecter et de corriger les dysfonctionnements des logiciels sur toutes ses presses. Au début, par exemple, les bras robotiques n’empilaient pas correctement les plaques de refroidissement entre les enregistrements finis. M. Brown se souvient que le problème n'était pas un dysfonctionnement mécanique, mais plutôt que la machine était trop lente à reconnaître qu'elle avait terminé sa tâche, ce qui a provoqué une panne et un arrêt complet du système.

Des solutions rapides ont aidé Blocker et son équipe chez Hand Drawn à produire des enregistrements avec très peu d'interruption. «Au moment où nous appelons le Canada pour essayer de vendre un billet d'avion, ils ont déjà une solution», dit-il. «Si quelque chose est brouillé, c'est probablement une partie de la machine qui ne tire pas correctement d'un millimètre ici ou là; [Viryl] est capable d'aller chercher ces points de déclenchement et de les résoudre, généralement en quelques minutes. "

Cette efficacité se traduit par moins de temps d'arrêt (Viryl revendique 5%, et Blocker pense que c'est une estimation juste), moins de disques perdus à cause d'imperfections (Blocker indique qu'environ 1% seulement de ses enregistrements montrent des défauts, alors que certaines usines ont des taux aussi élevés que 40%) et une production globale plus rapide. Avant d’installer leurs WarmTones, Hand Drawn avait confectionné et produit environ 5 000 disques par mois; aujourd'hui, ils peuvent en produire 3 000 par jour et sont en voie d'en presser 1, 8 million d'ici la fin de l'année.

Virly prévoit d’envoyer au moins 10 autres presses - ce que Brown appelle WarmTone Mark II cette année. Ces unités incluront une pile complète de mises à jour logicielles et une poignée de mises à niveau de la conception, telles que des protège-mains pré-attachés, qui accéléreront les installations.

Eric Astor, chef de Furnace Record Pressing à Fairfax, en Virginie, figure parmi les lauréats les plus attendus. Sa paire de WarmTones fonctionnera aux côtés de dix machines Toolex automatiques rénovées, achetées à un fabricant de plastique au Mexique, et de huit presses semi-automatiques construites à partir de zéro. "Ce sont de belles, nouvelles machines brillantes, dit-il, et nous espérons qu'elles feront la même chose que nos Toolex Alphas, mais peut-être un peu plus vite et avec un peu plus d'ordinateur [avertis]."

Pourtant, personne (dont Viryl) fait partie ne croit que le pressage robotique prendra complètement le relais de l'industrie. En fait, la société allemande Newbilt a commencé à vendre de nouvelles presses semi-automatiques l’année dernière. À Berlin, Vinyl Record Pressing a opté pour les machines à 96 000 dollars (90 000 euros), à l'instar du label de Jack White, Third Man Records. Les presses semi-automatiques conviennent mieux aux tirages spécialisés, tels que les disques avec images, les effets d'éclaboussure ou les couleurs multiples.

Quelles que soient leurs méthodes, les usines sont universellement concernées par le contrôle de la qualité - en s'assurant que chaque copie d'un enregistrement sonne de la même manière. C’est une pratique courante de jouer tous les 100 ou 150 disques, une habitude que Hand Drawn maintient toujours sur ses avertissements.

Mais aucune oreille humaine n’est parfaite, alors Viryl développe également un type d’oreille numérique, capable d’écouter des disques et de détecter les imperfections. Au départ, leur objectif est de comparer la qualité de leurs pressages à ceux des machines plus anciennes, et des plans pour le déployer au-delà sont encore en cours de formulation. «Cela nous permet de mesurer le rapport signal sur bruit», explique Brown, «c'est vraiment intéressant pour nous de pouvoir cartographier tous les clics et clics et de dire s'ils… Il en va de même d'un enregistrement à l'autre. Les ticks aléatoires désignent les défauts créés par des erreurs dans le processus de pressage; celles qui sont cohérentes signifient des copies conformes du maître de studio.

En fin de compte, le sang neuf apportant de nouvelles idées - et réorganisant les anciennes - permettra à l’industrie du vinyle d’éviter de se faire surcharger en produisant des produits de qualité inférieure. "Je pense que c'est un gros problème de tenir notre part du marché, " déclare Blocker, acquiesçant de la baisse de qualité constatée alors que les usines avaient du mal à faire face à la demande croissante. «C’est vraiment notre responsabilité de faire des disques impressionnants qui résistent à l’épreuve du temps».

Comment garder vos vieilles vidéos, votre musique et vos photos en toute sécurité

Comment garder vos vieilles vidéos, votre musique et vos photos en toute sécurité

Les tornades sont un peu différentes quand elles se produisent au soleil

Les tornades sont un peu différentes quand elles se produisent au soleil

Comment savoir si vos règles abondantes sont le signe d'un trouble de la coagulation

Comment savoir si vos règles abondantes sont le signe d'un trouble de la coagulation